AVC silencieux: symptômes sournois que les femmes doivent surveiller, réduisez le risque!

Portrait Philippine Playlikeagirl
Modifié le 
28 mars 2024
Par
Domitille
AVC silencieux pour les femmes

Ajouter une pincée de cette épice à votre café matinal peut vous aider à prévenir certains problèmes de santé. Des signes avant-coureurs d'un accident vasculaire cérébral (AVC) tels que l'engourdissement d'un bras, des difficultés d'élocution ou de la confusion sont bien connus.

Toutefois, il est possible de subir un AVC sans en être conscient. Ces incidents sont souvent désignés sous le terme d'AVC silencieux. Ils peuvent survenir à tout moment et ne présentent généralement pas de symptômes visibles, d'où leur appellation.

Lorsque des symptômes se manifestent, ils peuvent être si légers qu'on les attribue facilement à du stress ou de la fatigue.

Il est essentiel de savoir reconnaître les signes d'un AVC silencieux et de comprendre pourquoi il est important de les détecter rapidement. Des professionnels de la santé détaillent ce qu'il faut surveiller et pourquoi ces signes ne doivent pas être négligés.

Symptômes d'un AVC silencieux

Un AVC silencieux se manifeste par des symptômes subtils, souvent méconnus ou non reconnus par la personne qui en est victime.

Romie Mushtaq, MD, neurologue et spécialiste en médecine intégrative, ainsi qu'auteur de "The Busy Brain Cure", souligne que les symptômes peuvent varier : une perte soudaine d'équilibre, des problèmes de mémoire, un changement d'humeur rapide ou une perte temporaire de contrôle musculaire, comme une faiblesse soudaine dans la préhension ou les jambes.

La survenue d'un AVC silencieux est déclenchée par le même processus qu'un AVC symptomatique. Deux types principaux d'AVC sont à distinguer : l'ischémique, représentant environ 87% des cas, résulte du rétrécissement ou de l'obstruction d'un vaisseau sanguin cérébral, entravant la circulation du sang riche en oxygène.

Le second type, l'AVC hémorragique, se produit lorsqu'un vaisseau sanguin éclate et saigne dans le cerveau.

Selon la Dr Mushtaq, les dommages causés aux cellules cérébrales lors d'un AVC silencieux dépendent de la taille et de l'emplacement de l'AVC dans le cerveau.

L'inquiétude majeure réside dans le fait qu'un AVC silencieux augmente considérablement le risque de subir un AVC plus conséquent, avec des symptômes plus graves tels que la perte de la parole et la difficulté à mouvoir les membres. Il est impératif de percevoir un AVC silencieux comme un signal d'alerte nécessitant une prise de mesures préventives pour éviter des incidents futurs.

Les femmes et le risque accru d'AVC

Aux États-Unis, chaque année, 795 000 personnes sont victimes d'un AVC. Les statistiques révèlent que les femmes sont plus touchées que les hommes, avec environ 55 000 cas supplémentaires chez la gent féminine.

Selon les données du Centers for Disease Control and Prevention (CDC), l'AVC se classe comme la cinquième cause de décès chez les femmes. Il est particulièrement préoccupant chez les femmes âgées de 55 à 75 ans, où 20 % d'entre elles risquent de subir un AVC.

Dr Bharti Manwani, MD, PhD, neurologue vasculaire et professeure associée en neurologie vasculaire à la McGovern Medical School de l'UTHealth Houston, explique que si les hommes présentent un risque plus élevé d'AVC en début de vie, la tendance s'inverse chez les femmes à mesure qu'elles avancent en âge.

Cette disparité pourrait s'expliquer par la longévité supérieure des femmes par rapport aux hommes, ce qui augmente leur risque d'AVC sur l'ensemble de leur vie.

A lire aussi :  Une dermatologue vous explique comment se protéger des moustiques tigres efficacement !

Avec l'âge, les facteurs de risque d'AVC, tels que l'hypertension artérielle, le cholestérol, le diabète et la fibrillation atriale (un type d'arythmie cardiaque), ont tendance à s'accumuler.

Dr Manwani souligne que la fibrillation atriale est souvent associée à des AVC plus importants et à un handicap plus sévère. Les femmes subissent davantage d'AVC liés à cette arythmie cardiaque que les hommes, ce qui souligne l'importance d'une prise de conscience et d'une prévention adaptées au sexe.

Le stress peut-il provoquer un AVC ?

Le stress pourrait jouer un rôle indirect dans la survenue d'une attaque cérébrale. Une étude publiée dans l'European Heart Journal a établi un lien entre la colère ou le bouleversement émotionnel et une augmentation d'environ 30 % du risque de subir un AVC dans l'heure qui suit ces émotions.

La raison est que le stress fait monter la pression artérielle et exige davantage d'effort de la part du cœur, ce qui peut favoriser la formation de caillots sanguins. D'autres facteurs de risque d'AVC incluent la prise de poids et les migraines, ces dernières étant plus fréquentes chez les femmes.

Découvrez comment le café tendance aux champignons peut vous aider à maîtriser le stress.

Symptômes d’un AVC silencieux : Détection des accidents vasculaires cérébraux

Les AVC silencieux sont souvent diagnostiqués fortuitement. Dr Bharti Manwani explique que c'est généralement lors d'une consultation médicale pour un autre motif, comme une chute avec un choc à la tête, que la découverte est faite.

Un examen d'imagerie, tel qu'une IRM ou un scanner, est alors effectué et peut révéler des lésions cérébrales antérieures, signe d'un AVC passé inaperçu.

Le nombre de lésions dues à des AVC silencieux peut être un indicateur de complications cognitives potentielles. Andrei Alexandrov, MD, professeur de neurologie à l'Université, mentionne que des problèmes de mémoire ou une sensation de moindre acuité mentale peuvent être des conséquences.

"La présence de ces lésions indique la nécessité d'une attention accrue à la santé et à la gestion des facteurs de risque", précise-t-il.

Lorsqu'un AVC silencieux est détecté, le médecin tente de déterminer la période et les causes possibles de son apparition.

Stratégies de réduction du risque d'AVC silencieux

Heureusement, selon les informations du CDC, 80 % des AVC peuvent être évités. Un moyen efficace de diminuer le risque d'AVC est de programmer un examen physique annuel.

Dr Manwani insiste sur ce point : « Vous pourriez ignorer souffrir d'hypertension ou d'hypercholestérolémie faute de diagnostic. Ce sont des aspects que seul un professionnel de santé peut évaluer. »

Voici quatre stratégies supplémentaires pour éloigner le spectre d'un AVC silencieux :

  • Surveillez votre pression artérielle : Une tension élevée est un facteur de risque majeur. Contrôlez-la régulièrement et suivez les recommandations médicales pour la maintenir à un niveau sain.
  • Gérez votre taux de cholestérol : Des niveaux élevés de mauvais cholestérol peuvent conduire à l'accumulation de plaques dans les artères, augmentant ainsi le risque d'AVC. Une alimentation équilibrée et, si nécessaire, des médicaments peuvent aider à le contrôler.
  • Adoptez une alimentation saine : Privilégiez les fruits, les légumes, les grains entiers et les protéines maigres. Limitez la consommation de sel, de gras saturés et de sucre ajouté.
  • Restez actif : L'exercice physique régulier contribue à améliorer la santé cardiovasculaire et à réduire le risque d'AVC. Même des activités modérées, telles que la marche rapide, peuvent être bénéfiques.
A lire aussi :  Perte de poids : La méthode 30-30-30 pour retrouver une silhouette affinée rapidement et sans effort

Ces mesures, associées à un suivi médical régulier, constituent des moyens proactifs pour préserver votre santé cérébrale.

Ajoutez de la cannelle à votre café

La cannelle, cet assaisonnement apprécié pour son arôme, a des vertus insoupçonnées lorsqu'elle est ajoutée au café. Sa consommation régulière peut jouer un rôle bénéfique dans la prévention des AVC silencieux et de leurs symptômes discrets. Les propriétés de la cannelle contribuent à la réduction de plusieurs facteurs de risque associés à ces accidents vasculaires.

La cannelle a le pouvoir de diminuer la pression artérielle, la glycémie, l'inflammation et le taux de cholestérol LDL, qualifié de "mauvais".

Ces quatre éléments figurent parmi les principaux facteurs de risque d'un AVC.

Il est donc recommandé d'intégrer cette épice à votre routine matinale en l'ajoutant à votre café pour ses effets protecteurs.

La consommation de café, elle-même, a été associée à une diminution du risque d'AVC. Les résultats d'une étude publiée dans le Journal of Stroke and Cerebrovascular Diseases indiquent que les personnes consommant au moins une tasse de café par jour, sans dépasser quatre tasses, présentaient un risque plus faible de subir un AVC.

Les chercheurs ont identifié qu'une consommation de trois à quatre tasses de café quotidiennes pourrait réduire le risque d'AVC de 21 %.

Les composés bioactifs du café, ainsi que la caféine, offrent une protection neuronale.

L'ajout de cannelle à votre café n'est pas seulement une question de goût ; c'est également un geste simple qui peut avoir des répercussions positives sur votre santé vasculaire cérébrale.

Renforcez vos liens sociaux

Selon une étude parue dans le Journal of the American Heart Association, l'isolement social et la solitude peuvent augmenter le risque d'accident vasculaire cérébral.

Les interactions avec votre entourage, qu'il s'agisse d'un appel téléphonique à un ami ou d'un déjeuner avec un membre de la famille, jouent un rôle protecteur significatif.

Ces moments partagés avec les personnes qui vous sont chères combattent la solitude. De plus, maintenir des contacts réguliers avec vos proches vous rappelle leur soutien et leur attention.

Cela peut, en effet, vous motiver à adopter et à maintenir des habitudes de vie saines.

Ajustez l'heure de vos repas

Selon une recherche publiée dans Nature Communications, avancer l'heure des repas d'une heure peut contribuer à réduire le risque d'accident vasculaire cérébral.

L'étude révèle que prendre son petit-déjeuner à 8 heures du matin plutôt qu'à 9 heures pourrait diminuer les risques de maladies cardiovasculaires.

De même, dîner avant 20 heures est associé à un risque moindre de maladies cérébrovasculaires, par opposition à un repas pris après 21 heures.

Bernard Srour, Ph.D, PharmD, MPH, auteur de l'étude, explique que notre alimentation agit sur notre horloge biologique, jouant un rôle de "synchronisateur".

"L'alternance quotidienne entre les prises alimentaires et les périodes de jeûne synchronise les horloges périphériques, ou rythmes circadiens, des divers organes du corps", précise-t-il.

A lire aussi :  Avoir un ventre plat : Cette épice effet bruleur de graisse à rajouter dans vos plats !

Cette synchronisation a une influence sur les fonctions cardiometaboliques, comme la régulation de la pression artérielle, ce qui peut aider à prévenir les AVC silencieux.

Intégrez l'huile d'olive à votre alimentation

L'adoption d'un régime méditerranéen, réputé pour ses bienfaits cardiovasculaires, peut contribuer à réduire les risques d'AVC silencieux.

Ce régime alimentaire privilégie la consommation de fruits, de légumes, de céréales complètes et de viandes maigres, contribuant ainsi à diminuer le cholestérol LDL, la glycémie et la tension artérielle élevés.

Il joue également un rôle préventif contre l'obésité, facteur de risque d'AVC silencieux.

L'huile d'olive, et plus particulièrement l'huile d'olive extra vierge (EVOO), est un composant essentiel de ce régime. Sa richesse en composés bénéfiques en fait un allié de taille dans la lutte contre les AVC.

"L'huile d'olive extra vierge est obtenue par pression à froid des olives entières, sans recours à la chaleur ou à des produits chimiques", explique le Dr Alexandrov. Elle présente la plus faible teneur en acides gras par rapport aux autres variétés d'huile d'olive.

Pour tirer le meilleur parti de ses propriétés, il est recommandé d'utiliser l'huile d'olive extra vierge après la cuisson plutôt qu'avant ou pendant.

"Si vous grillez un morceau de poulet ou de poisson, arrosez-le d'huile d'olive extra vierge une fois retiré du feu", conseille le Dr Alexandrov. "La cuisson altère les éléments bénéfiques de l'huile."

La consommation d'huile d'olive, en complément d'autres habitudes alimentaires saines, constitue une stratégie proactive pour protéger votre santé cérébrale.

Stratégies supplémentaires pour diminuer le risque d'AVC silencieux

Cet article ne remplace pas les conseils médicaux professionnels ni les diagnostics. Consultez toujours votre médecin avant d'entamer un quelconque traitement.

Pour protéger davantage votre cœur et prévenir les AVC, envisagez les approches suivantes :

  • Surveillance de la pression artérielle : Une pression sanguine élevée est un indicateur de risque significatif. Mesurez-la fréquemment et respectez les instructions médicales pour la maintenir à un niveau optimal.
  • Gestion du cholestérol : Un taux élevé de cholestérol LDL peut entraîner la formation de plaques dans les artères, ce qui accroît le risque d'AVC. Ajustez votre alimentation et utilisez des médicaments si nécessaire pour réguler ce taux.
  • Alimentation équilibrée : Favorisez une diète riche en fruits, légumes, grains entiers et protéines maigres. Limitez l'apport en sel, en graisses saturées et en sucres ajoutés.
  • Activité physique : L'exercice contribue à une meilleure santé cardiovasculaire et à la réduction du risque d'AVC. Des exercices modérés, tels que la marche rapide, peuvent apporter des bénéfices notables.

Ces pratiques, combinées à des consultations médicales régulières, sont des démarches proactives pour préserver la santé de votre cerveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram